Au cours de la longue période de transition de 2009 à fin 2013, Madagascar est descendu en dessous du seuil de pauvreté: les données sont claires, Madagascar est l'un des pays les plus pauvres du monde.
Il est vrai que Madagascar dans l'imagination commune reste un paradis sous les aspects naturalistes ... mais ce n'est pas seulement le village touristique où nous pouvons passer de courtes vacances submergés de plaisirs. Dans le pays, 72% de la population vit avec 1 euro ou moins par jour: une boîte d'antibiotiques coûte environ douze euros ... qui peut se soigner?
80% des personnes vivent dans les bidonvilles sans eau, électricité ou toilettes. Imaginez ... dans un bidonville de 1.200 personnes de la capitale, il n'y a que deux toilettes publiques. Quand on voit à la télévision ces ruisseaux qui coulent entre une cabane et l'autre, eh bien, ce sont évidemment des égouts à ciel ouvert.
Actuellement, à Madagascar, les hôpitaux publics se paient, l'école publique aussi. A l'hôpital, à part le fait de payer, on doit tout apporter: nourriture, papier-toilette, draps, médicaments. Dans les écoles, un salaire minimum pour les enseignants est payé par l'État et le reste est payé par les familles des étudiants. Ce sont des données qui nous font réfléchir malheureusement ...
Il y a un autre fait important: l'exploitation de l'enfance. Il y a beaucoup d'enfants qui sont soumis à tout type d'abus, de l’abus sexuel à celui du travail, en particulier des enfants qui ne sont pas inscrits au registre (comme vous savez, il existe aussi des données alarmantes sur le tourisme sexuel!).
En raison de cette précarité et de l'absence presque totale de structures appropriées, même la peste tend à se répandre rapidement. La peste est curable avec des antibiotiques si elle est traitée à temps. Chaque année, à Madagascar, pendant la saison chaude, il y a de petites épidémies de peste, le paludisme est toujours partout dans le pays et pendant toute l'année, la tuberculose aussi. Le problème est que les gens n'ont pas d'argent pour se soigner et en plus négligent les symptômes parce que, au cours de la journée, il faut penser à survivre!
Madagascar est frappé par une grande famine dans le sud qui a causé de nombreuses victimes, en particulier chez les enfants. Une famine due au changement climatique qui a un impact profond sur la situation déjà fragile dans certains pays. Donc de toutes ces données nous pouvons tirer les conclusions que, en dépit d'être un beau pays du point de vue humain et naturel, Madagascar a besoin d'une plus grande attention en termes d'aide.